Poète d'aujourd'hui

Si la poésie est déjà bien présente sur les rayons des Fonds patrimoniaux, notamment par l'entremise de Valery Larbaud, elle continue de venir régulièrement enrichir les collections, grâce à la création contemporaine. Ainsi, les éditions Le Nouvel Athanor, ont publié récemment "Un bruit majeur" de Robert Liris.


Bien connu des vichyssois, d'abord comme professeur d'histoire, puis comme spécialiste de Glozel ou encore comme chercheur d'avant-garde dans le domaine de la psycho-histoire, Robert Liris est avant tout un passionné de culture et un amoureux des mots.


Rien d'étonnant donc à ce qu'il laisse libre court à ses inspirations multiples dans un recueil de vers. Une belle préface de Jean-Pierre Simon prélude ce "Bruit majeur" que représente la poésie pour son auteur : "Sa parole à lui (...) est à chaque instant emportée, lyrisme et saine colère, emportée-portée par le souffle et par le rythme, elle est parole débondée et abondante, sensuelle et concrète, multiple jusqu'au baroque." Et pour ceux que la poésie rebute ou effraie, il suffit de plonger entre les couvertures noire et blanche de l'ouvrage pour lire "Subversion"...


Elle est l'arme insolite et absolue
Elle est l'oeuvre la moins connue
Elle terrorise ceux qui ne l'ont jamais lue.

Quand elle nous vient à l'esprit
elle sait bien contraindre à l'écrit
un savoir hors d'apprendre où l'improbable est dit.

En nous elle est secret et sait se taire
en vous elle est la nuit que rien n'éclaire
en toi vibre sa vie lyrique et ordinaire
Elle tient palais en ton imaginaire.

En moi elle est amour en vous
elle dit de toi ce qui est en nous.
La Poésie, chœur d'exaltation
ardente et fictive fulguration
serait sirène et subversion.

Robert Liris dédicacera "Un bruit majeur" 
le samedi 4 mars à partir de 15h à la Grande Librairie

Le fonds Thermalisme au scanner : première campagne de numérisation à la Bibliothèque Clermont-Université













Grâce à la mise en place d'un partenariat entre la Bibliothèque Clermont-Université et la Médiathèque de Vichy, une première campagne de numérisation a été lancée autour du thermalisme. Cette thématique a été déterminée à l'issue d'une concertation entre les deux établissements, dans le cadre du développement du Centre international de ressources sur le patrimoine thermal et de la candidature de Vichy, au sein des Grandes Villes thermales européennes, à l'inscription au patrimoine mondial de l'Unesco.


Pour cette première campagne, ce sont 185 ouvrages issus du fonds local ou de la Bibliothèque des Sciences médicales, et traitant prioritairement de Vichy qui ont été choisis pour leur intérêt scientifique, historique ou iconographique. Ils ont été transportés à la Bibliothèque des Cézeaux. Auparavant, chacun a été scrupuleusement décrit dans le catalogue informatisé de la médiathèque et l'on s'est assuré qu'aucune version numérique n'était déjà disponible dans Gallica ou Europeana par exemple. Parmi ceux-ci se trouvent aussi bien des traités de médecine thermale que des guides touristiques anciens ou bien des albums de gravures. 



Le plus ancien volume est un ouvrage de Samuel Cottereau du Clos intitulé "Observations sur les eaux minérales de plusieurs provinces faites en l'académie des sciences" imprimé en 1675. Parmi les plus grands, le bel album de Charles Bour, titré "Vichy, ses sources et ses environs" édité en 1856 et le recueil de photographies de la gare prises en 1863 par Philippe Collard. Le plus épais est un recueil factice (assemblage de différents titres sous une reliure unique) traitant d'Aix-les-Bains mais aussi de Baden-Baden... Autre curiosité, un guide de Vichy en suédois édité en 1908

A l'issue de cette campagne, les documents numérisés seront mis en ligne et deviendront progressivement accessibles via les portails des deux établissements :
Les illustrations hors textes viendront également enrichir la Galerie Flickr du patrimoine de Vichy

Les originaux resteront néanmoins toujours consultables aux Fonds patrimoniaux.

Fabienne